Et si la belle était la bête…

Et si la belle était la bête, comme ça, sans rien faire, sans rien dire à personne.
Un sourire donné au monde, pour masquer la laideur ou bien la douleur ; un sourire qui ne serait qu’une image, qu’une illusion, qu’un mensonge. Mais on pourrait y croire, on pourrait se dire que le bonheur est là, dans ce visage d’ange, dans ces yeux rêveurs…

Et si la belle était la bête, juste un soir ou un matin, des jours sans suite et sans lendemains.
Une peau veloutée, qui attirerait les caresses, les baisers, irrésistiblement. Une peau veloutée sous de longs cheveux qui cacheraient l’horreur, qui cacheraient la blessure, qui cacheraient les tourments. Toutes ces cicatrices, que le temps a causées, à force d’ignorance, de regrets et de secrets. À force d’espérer quand tout est déjà perdu, à force d’aimer sans aucune retenue, à force de souffrir et de se punir.

Et si la belle était la bête, dans l’ombre ou dans la lumière, une apparence éphémère.
Une main fine, que l’on voudrait toucher, serrer, embrasser. Une main si douée pour les créations, impitoyable dans la punition. Une main qui viendrait se poser sur les yeux, pour ne plus jamais voir, ou qui viendrait détruire les derniers restes d’espoir ; qui essuierait une larme ou qui prendrait les armes. Une main qui viendrait refermer la blessure, ou l’approfondir encore, comme une déchirure. Une main déjà usée par tous ces chagrins, mutilée par le destin.

Et si la belle était la bête, au détour d’une vie ou d’une poésie.
Un cœur qui se battrait dans le silence, loin des rires, des rêves et des amoureux… Puisqu’un cœur sans chagrin est un cœur malheureux. Un cœur qui battrait, rempli d’absence, à cause des promesses effacées et de tous ces mots brisés. Un cœur qui espèrerait et lutterait contre la peur, qui chercherait la lumière en décomptant les heures ; mais un cœur qui saigne jamais ne se meurt.

Et si la belle était la bête, la tête haute mais à genoux.
Un regard perçant dans ce monde flou.
La souffrance et pourtant l’espoir jusqu’au bout.

Et si la belle était la bête, au fond, elle serait simplement comme nous.

© Ophélie Pemmarty – Tous droits réservés

 

Ce texte a été inspiré par la création d’Ophélie, alias Méridian, alias une talentueuse graphiste qui a signé, entre autres, les couvertures des Somnambules (tomes 1 et 2) ainsi que celle de la réédition de La Croisée des Âmes. Allez visiter son site en cliquant sur l’image !

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s