Flawed and Full

Quand je te regarde, je vois sous ton sourire cette innocence perdue, qui était mienne autrefois. Je revois le temps, l’attente et les souffrances avant de t’avoir, puis le bonheur que tu m’apportes désormais.
Quand je te regarde, je vois un peu de mon enfance qui n’est plus qu’un souvenir que tu fais un peu revivre, à ta manière. Je vois des petits bouts de moi ressurgir en toi et je me sens bêtement fière.
Mais quand je te regarde, je vois aussi cette blessure secrète en moi que personne n’a jamais guéri et ne guérira probablement jamais ; celle que je m’efforce de colmater, tous les jours, parce que je ne peux pas t’abandonner. Je te vois et je me dis que si tu n’étais pas là, j’ignore où je serais aujourd’hui.
Quand je te regarde, je vois ta lumière et je prie pour qu’elle soit plus puissante que ma noirceur. Ne la laisse pas t’atteindre à ton tour ; reste forte, reste libre, et même si la vie n’est pas simple, refuse ce que ne te dicte pas ton cœur.
Quand je te regarde, je te vois parfaite même si je sais que tu ne l’es pas – tu l’es pourtant plus que moi.
Quand je te regarde, je découvre l’ultime sens de l’amour, celui que sans le savoir tu me donnes démesurément en retour.
Quand je te regarde, je vois un trésor : celui dont je ne peux mesurer la valeur, mais pour lequel je donnerais sans hésiter mon corps, mon sang, mon cœur et ma vie tout entière.
Quand je te regarde, je vois une nouvelle chance, un nouveau chemin pour parvenir au bonheur. Peut-être que tu accompliras ce que je n’ai pas réussi à faire, ou peut-être que tes pas te porteront à l’opposé des miens… Peu importe, en vérité. Tant que tu es bien, il n’y a qu’une chose que je souhaite : que cette vie que je t’ai donnée soit pour toujours joyeuse, belle, intense… complète.

© OPHÉLIE PEMMARTY – TOUS DROITS RÉSERVÉS

Sortie de « Guide-moi »

Une bonne nouvelle pour bien commencer la semaine… avec de la lecture !

Mon nouveau roman Guide-moi sort aujourd’hui !

Après un tragique accident, Clara a tout perdu : sa famille, ses rêves, sa joie de vivre. Égarée dans un monde qui ne semble plus être le sien, elle s’efforce de se construire un nouveau quotidien : elle occupe ses journées avec son travail, sa seule amie Stessy et sa passion pour le dessin. La jeune fille se sent plus fantôme que vivante, terrassée par une culpabilité qu’elle traîne depuis des années, depuis l’accident. Pourtant, tout bascule le jour où elle rencontre Evan, un jeune homme qui lui est familier pour la bonne raison qu’elle a déjà dessiné son portrait plusieurs fois sans jamais l’avoir vu auparavant. Intriguée et irrésistiblement attirée, elle se laisse happer par son charme empli de mystères… Car Evan n’est pas là par hasard, et que Clara le veuille ou non, il lui apprendra ce que signifie réellement d’être un survivant.

Publié aux Éditions Gloriana, cette romance est d’ores et déjà disponible aux formats papier et numérique. Pour le format papier, vous pouvez vous le procurer sur AMAZON ou bien le commander en librairie. Pour le numérique, il est disponible chez tous les revendeurs ( AMAZONGOOGLE PLAYFNAC, etc ).

En attendant d’avoir vos retours, je vous souhaite une bonne lecture et j’espère que vous passerez un agréable moment en découvrant cette histoire !

L’or de tes mots « Chanson pour Dominic »

Dans L’or de tes mots, Ash a écrit une chanson piano-voix qui parle de Dominic et de la relation qu’ils ont connue. Je vous propose d’en découvrir la traduction ci-dessous.
Je l’ai écrite en anglais, ce qui explique que les phrases ne riment plus une fois traduites en français. Mais maintenant, vous pouvez comprendre pleinement toute l’émotion de Dominic lorsqu’il l’entend pour la première fois !
Bonne lecture et Joyeux Noël à vous tous ! ♥

« Song for D. »

So we were young and we were stronger
Just the two of us, we were together
Now by myself, waiting and wondering
Am I the only one who’s suffering ?

Every piece of my broken heart still beats for you
Every tear in my eyes, I’m just crying for you
I miss you so much and time runs so fast
But baby our love doesn’t belong to the past

I wish I could erase the day
When I left you and just went away
Your eyes never stopped shining in my memory
I still believe that you’re my one and only

Every piece of my broken heart still beats for you
Every tear in my eyes, I’m just crying for you
I miss you so much and time runs so fast
But baby our love doesn’t belong to the past

Wherever you are, I hope you remember me
I could travel the world just to say “forgive me”
Your love was the blood in my veins
Air in my lungs, shelter for my pain
Your smile turned everything into gold
Now memories of you are ink for my words

You’re the one who can fix my heart
The only one who can dry my eyes
Baby I’ll be there, you can be sure
You and me, and our love as future.

Nous étions jeunes et nous étions plus forts
Juste nous deux, nous étions ensemble
Maintenant j’attends, livré à moi-même
Est-ce que je suis le seul à souffrir ?

Chaque morceau de mon cœur brisé bat pour toi
Chaque larme dans mes yeux, je pleure pour toi
Tu me manques tant et le temps passe si vite
Mais bébé, notre amour n’appartient pas au passé

J’aimerais pouvoir effacer le jour
Où je t’ai laissé, où j’ai tout quitté
Tes yeux n’ont pas cessé de briller dans ma mémoire
Et je continue à croire que tu es mon unique

Chaque morceau de mon cœur brisé bat pour toi
Chaque larme dans mes yeux, je pleure pour toi
Tu me manques tant et le temps passe si vite
Mais bébé, notre amour n’appartient pas au passé

Où que tu sois, j’espère que tu te souviens de moi
Je pourrais parcourir le monde pour te dire « pardonne-moi »
Ton amour était le sang dans mes veines
L’air que je respirais, mon refuge contre la douleur
Ton sourire transformait tout en or
Et maintenant ces souvenirs sont l’encre de mes mots

Tu es le seul à pouvoir réparer mon cœur
Le seul à pouvoir sécher mes larmes
Bébé je serai là, sois-en sûr
Toi et moi, et notre amour en guise d’avenir.

giphy
© OPHÉLIE PEMMARTY – TOUS DROITS RÉSERVÉS

Être deux

Un seul regard, un coup d’œil échangé au hasard, tout commence. Les pensées incessantes, les souvenirs de ce premier instant qui semblent même dépasser le présent. Cette envie de se revoir, la magie des premiers mots et des premiers sourires… Le cœur qui bat trop fort, les mains qui tremblent, le souffle coupé. Le temps de se comprendre, de ne plus comprendre, d’espérer au-delà de tout pour que ce premier devienne le début d’une longue histoire.
Et puis ce besoin qui commence tout bas, cette hâte qui s’invite pas à pas. Les jours illuminés par une autre intensité, les nuits réchauffées par cette future intimité. Le premier baiser, plus fort que tout ce qui pourrait exister… Suivis de tant d’autres, toujours plus délicieux, toujours plus savoureux. Jusqu’à se demander comment on avait pu vivre avant, vivre sans.
Les jours, les semaines qui défilent, portés par ces découvertes… Jusqu’à ce moment unique où l’on est enfin prêt à aller plus loin. Avec la certitude d’avoir attendu toute une vie juste pour ça, pour toute une vie au-delà. Et quand tout commence enfin, oublier le reste du monde, et même les lendemains, puisque plus rien ne compte.
Cet instant précieux, parfait, juste avant le baiser. Quand les lèvres s’effleurent presque, de loin, encore inconscientes de ce qu’elles vont découvrir. Encore innocentes des plaisirs à venir. Les souffles à peine retenus, juste quelques secondes suspendues à des battements de cœur. Les regards qui n’osent se croiser, timides. Et cet infime moment où la distance s’abolit enfin pour goûter, se savourer. La douceur feutrée des mains qui se cherchent, des caresses encore sages.
Le désir naissant dans l’obscurité, prêt à ouvrir les portes d’un autre monde, d’un autre univers. Le silence, qui exprime plus que les mots, quand les sensations prennent le pas sur les impressions. Les paupières fermées qui accueillent la nuit et l’envie, entre deux frémissements…
Les peaux nues l’une contre l’autre, électrisées. Des sourires et des murmures à l’oreille, rien de plus, car rien ne saurait troubler ce moment. Et puis devenir l’un, devenir l’autre, ne plus s’avoir où tout s’arrête vraiment… comme un seul corps pour deux âmes sœurs.
Les regards brûlants de désir, perdus dans le plaisir, lèvres entrouvertes sur des soupirs… Et quand tout s’évanouit et qu’il ne reste que la tendresse, que les promesses ; contempler l’avenir, à deux, en se disant que rien ne pourrait être mieux.
Les mois, les années qui s’enfuient et s’oublient dans l’éternité, au fil des souvenirs qu’on ne voudrait surtout pas oublier. D’abord l’amour naissant, la folie et l’urgence des premiers instants. Puis on apprend, avec le temps, la confiance, les habitudes, jusqu’à cette certitude de ne plus jamais être seul.
Deux regards tournés dans la même direction.
Deux mains enlacées qui se soutiennent, qui caressent, qui effacent, qui créent, qui réconfortent, au hasard des tourments.
Deux sourires qui n’auraient jamais existé de cette façon s’ils ne s’étaient pas un jour adressés l’un à l’autre.
Deux corps qui vivent, qui rient et qui pleurent, avec à l’intérieur deux cœurs qui espèrent et qui battent sur le même rythme.
Deux êtres qui se sont réunis et unis, pour partager ce qu’il reste de plus précieux en ce monde, si fort et pourtant si fragile…
Deux personnes qui s’aiment, tout simplement.

Love Always Wins

 

© Ophélie Pemmarty – Tous droits réservés