Solitude

La solitude fait peur aux gens, la plupart du temps. Alors c’est difficile de leur faire comprendre que certaines personnes l’apprécient.
J’aime la solitude. J’ai besoin de solitude. Pas tout le temps, certes. Parfois j’ai envie de voir des gens que j’apprécie, passer des moments avec eux et me sentir en harmonie avec les autres. Mais la solitude ne m’effraie pas.
J’aime être seule, parce que c’est plus facile.
Je ne veux pas jouer la mégalomane en prétendant que ma compagnie me suffit – c’est loin d’être le cas, surtout quand j’aimerais être n’importe qui d’autre que moi-même. Je ne veux pas non plus être une martyr en prétendant soulager les autres de ma compagnie lorsque je préfère être seule. Ce n’est rien de tout ça.
Je suis bien dans la solitude parce que j’ai le temps de penser, de rêver, de m’évader, de créer. J’ai le loisir de sentir le temps qui passe, d’en comprendre la valeur ; quand je suis seule il me semble arriver à un niveau plus élevé de l’existence.
Et puis, dans ces moments-là, tout est beaucoup plus simple. Je n’ai pas à me soucier du regard ni de l’opinion d’autres personnes, je n’ai pas à m’inquiéter de leurs attentes envers moi ni des miennes envers eux. Je n’ai pas à me dire qu’il faut que je sourie, que je parle, que je participe, sinon ces autres-là ne m’accepteront pas de la même manière.
Alors oui, les choses sont bien plus évidentes dans la solitude. Elle me permet d’être totalement moi-même. D’être libre.
Et je crois qu’on a tous besoin de ces petits moments de liberté pour apprécier l’existence et la traverser en ayant été au bout des choses, sans rien regretter.

writer

© Ophélie Pemmarty – Tous droits réservés
Publicités

N’oublie pas

Quand tu verras le jour, n’oublie pas de respirer, même s’il n’y a plus beaucoup d’air pur. N’oublie pas d’ouvrir les yeux, sans forcément croire à tout ce que tu verras. On peut choisir de regarder et choisir de voir, comme on peut décider de rester aveugle ou bien de lire entre les lignes. Mais fermer les yeux n’est pas la meilleure façon de survivre.
N’oublie pas de sentir les odeurs, les saveurs et les sensations, tout ce qui pourrait se rattacher à des souvenirs. N’oublie pas de toucher, de laisser le monde glisser sur tes doigts, s’engouffrer sous ta peau, pour laisser une infime trace de toi. N’oublie pas de goûter, d’aspirer l’arôme de la vie qui a imprégné tes lèvres et qui s’effacera au rythme du temps qui passe.
N’oublie pas de parler, de chanter et de rire, sans pour autant ignorer le silence. N’oublie pas d’entendre et surtout d’écouter, c’est comme ça qu’on apprend et qu’on retient. N’oublie pas de sourire, même si tu as mal, tu auras l’impression que tout est plus facile.
N’oublie pas d’être heureux, car c’est possible parfois, ça t’aidera à passer tous les mauvais moments. N’oublie pas d’être honnête, au moins avec toi-même. N’oublie pas d’espérer, puisque les jours qui passent nous donnent toujours plus de bonnes ou de mauvaises raisons de le faire.
N’oublie pas de pleurer, de chagrin ou de joie, car tes larmes t’aideront toujours à aller de l’avant. N’oublie pas de créer, même si personne ne t’admire, parce que c’est le début de la liberté. N’oublie pas de te dire que rien n’est jamais acquis, et qu’il faudra te battre, car il y a forcément dans le monde quelque chose ou quelqu’un qui en vaut la peine.
N’oublie surtout pas d’aimer, mais tu sais, ça ne sera pas la chose la plus facile. N’oublie pas de rêver, car cela, personne ne pourra jamais l’arrêter. N’oublie pas de dire adieu, aux autres parce que la vie sépare bien des routes, et à toi-même car tu ne cesseras jamais de changer.
N’oublie donc pas de vivre, à chaque seconde, chaque minute, envers et contre tout. N’oublie pas de survivre si tu en es à ce point, je sais que la vie n’est pas toujours tendre mais tu sais, ce serait sans doute trop facile d’abandonner. Même si tu as peur, même si tu souffres, vis encore et toujours plus fort, parce que tout passe toujours trop vite et que les souvenirs peuvent disparaître avec le temps.
N’oublie pas de vivre, d’exister et de croire, et quand tu auras fait tout ça… Essaie de ne pas m’oublier.

 
© Ophélie Pemmarty – Tous droits réservés

Quelques nouvelles

Je ne sais pas si en Mai, vous faites ce qu’il vous plaît… en tout cas je peux vous dire que moi, je bosse !

Tout d’abord, à l’écriture d’un projet qui sera vraisemblablement un roman, étant donné qu’il compte déjà un bon nombre de pages ! Je n’en dis pas plus, je préfère garder mes secrets tant que j’en suis à l’écriture… mais comme dans tous mes romans, il y aura de l’amour, des émotions et un peu de mystère aussi !

Ensuite, à mon recueil de poésie ! Il paraîtra le 1er juin 2015, et vous pouvez déjà découvrir la couverture et un petit résumé sur la page le concernant : Mots Brisés. Toutes les autres infos arrivent très bientôt !

Je vous souhaite une très bonne soirée et je vous dis à très vite ! Merci pour votre soutien 🙂